Espace Membre
Pas de Événements

Etat des lieux des roulants

Les incidences des facteurs organisationnels sur le niveau de sécurité sont niées. La multiplication des « pool-fac », temples de la dérogation générale, la mise en place d’astreintes conduite en infraction avec la réglementation et la législation du travail, le rachat de congés payés, les écarts multiples à la réglementation sous couvert de sous-effectif, sont autant de politiques d’entreprise mises en oeuvre à la hussarde et dont les incidences sur le niveau de sécurité et sur la rigueur réglementaire qui devrait prévaloir sont systématiquement et grossièrement occultées.
Les détournements des contours des métiers participent de cette même orientation dangereuse exclusivement envisagée sous le prisme des économies de court-terme.
Le déploiement tous azimuts de l’EAS qui ne vise qu’à réduire la masse salariale, fait fi non seulement du Service Public, mais également des préceptes sécuritaires en exposant notamment les agents de conduite à l’isolement et aux injonctions contradictoires.
L’extension incontrôlée des compétences des CREQ, CRLO et APLG sans reconnaissance préalable de qualification et formation adaptée illustre parfaitement la déliquescence de la ligne métier dont la Direction de la Traction devrait être garante.
Seule la reconnaissance d’un Grand Métier Conduite est de nature à répondre à l’exigence du haut niveau de sécurité résultant d’un haut niveau de qualification par un haut niveau de formation.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+